Les deux fondateurs de Looo.ch, label media dissident, ont l’ambition de promouvoir une culture nouvelle par la lutte contre toute forme de censure et d’ordre moral. Se présentant comme des éditeurs de « site porno-philosophique » et de « magazine de résistance culturelle », utilisant la satire et la provocation pour faire la guerre à l’homophobie, ils ont été contraints de quitter leur Ukraine natale et voyagent de par le monde depuis 5 ans. Rencontre avec ces « hackers culturels »

To read this interview in english, click here.  Translation by Malo Sutra Fish

La télévision Russe a réagit très vivement à la découverte de leur projet artistique et satirique « Petit livre d’homosexualité à destination des enfants » :

Qu’est ce que Looo.ch ?

Looo.ch est un média label guérillero et un laboratoire nomade, créé par des artistes et des pirates culturels. Nous utilisons l’information comme une arme contre la mentalité conservatrice, comme un outil d’émancipation. Notre philosophie : si l’on veut changer le monde, il faut changer les cultures, et pour ce faire pirater les esprits par l’information. Nous produisons de l’art, des documentaires, publions des documents, des histoires interactives, des cyber-films ainsi qu’une mise en ligne de données visuelles. Nous faisons partie d’un mouvement résistance, grandissant à l’échelle mondiale, contre l’intrusion corporatiste et gouvernementale dans nos modes de communication et d’échange. Nous sommes contre toute forme de censure d’image ou d’idée. Nous rêvons d’un monde sans église ni maître.

Que signifie votre nom ?

“Loooch” est le mot russe pour “rayon” ou “faisceau”.

Qui en sont les créateurs ?

Le noyau dur est constitué d’Anatoli Ulyanov et Natasha Masharova. Anatoli est cinéaste et écrivain, Natasha est photographe et vidéaste.

Capture d’écran 2014-05-20 à 22.40.41

Quel en est le contenu exactement ? Entre la bénédiction de chiens, villes fantômes et le lesbianisme pour enfant, c’est très divers !

En mélangeant les images et les diverses pensées, nous arrivons à créer un environnement favorable au bouleversement cognitif et sensuel. Certains de nos projets sont purement artistiques comme celui sur la Dyatlov Pass ou sur le blackout in Manhattan ou encore des documents sur notre réalité diverse et controversée comme “This Chicken Is Gonna Die” , “My new orthodox video. D’autres plus satiriques, par exemple comme “Illustrated textbooks on homosexuality/lesbianity for kids” pour lequel nous proposons un site gay et un site lesbien, et qui forment une déclaration politique, dans ce cas cité contre l’homophobie en Russie. Nous recherchons ce qui est atypique, intense et vital. Cela nous amène à remettre en question nos limites et nos tabous. La répercussion directe en est l’interdiction et des censures en tous genres. Cela peut être de la part de Facebook, qui déteste le corps humain et considère que la nature puisse être obscène. Parfois des agences gouvernementales. Par exemple, la censure concernant notre “propagande homosexuelle” et notre article “Right on Death” (“le suicide devrait-il être considéré comme un droit tout autant que celui de vivre ?”) fût mise en place par la Russie en interdisant à l’échelle nationale notre adresse IP et 27 000 autre sites internet hébergés par Squarespace.

N’est-il pas difficile de maintenir ces opinions dans la Russie actuelle, avec son climat politique qui, d’un point de vue européen, se durcit de jour en jour ?

Et bien, Looo.ch est banni dans toute la Russie pour notre combat anti homophobe et nos projets artistiques satiriques – les “livres” sur l’homosexualité et lesbianisme “pour enfants”. L’autoritarisme et la censure cependant ne sont pas seulement un problème russe. Il est difficile de soutenir ces opinions partout dans le monde. Aux Etats-Unis, où nous résidons actuellement, le gouvernement délègue le droit de censure aux entreprises privées. Nous sommes constamment censurés par Facebook, et d’autres services comme Gumroad, Mailchimp, Tumblr, et plein d’autres. Pendant ce temps l’Europe vit la renaissance d’une Droite sévère ces derniers temps. La Bête du Passé est un problème global et nous devons tous mener une résistance culturelle pour enfin la dépasser.

A quand remonte sa création ?

Ça a été créé vers la fin 2010, lorsque notre précédent site fût banni par le Comité de la Morale ukrainien. En 2009, à cause des persécutions du gouvernement ukrainien et des extrémistes radicaux de droite, nous avons été forcés à quitter le pays et vivre en exil. Nous avons bougé de Paris à Berlin, puis beaucoup d’endroits dans les Balkans, la Scandinavie et l’Europe Centrale pour enfin atterrir dans notre nouvelle base – New York. C’est dans ce contexte que Looo.ch fut créé. Se battre contre le passé et étaler une culture nouvelle.

vet

L’un des visuels de la Victory Day Gay Pride parodiant les nationalistes Russes

La navigation est particulière, comment avez-vous conçu ce magazine ?

Looo.ch est en constant changement, suivant nos mutations. Avant la mise en page actuelle, il y avait un site internet à portail classique, puis nous avons changé pour le blog que vous avez trouvé, et actuellement nous avons encore besoin de changer car nous avons muté d’un media quotidien à un label fondé sur la présentation de projet. Notre quatrième incarnation. La censure nous a appris la décentralisation. Si vous voulez éviter d’être censuré, utilisez des documents au lieu de “posts” ou d’applications. Personne ne peut arrêter un document ! Efficacité prouvée avec des sites comme The Pirate Bay et Wikileaks. Vous pouvez en lire plus à ce propos dans notre manifeste File Manifesto. Les chaînes principales de Looo.ch sont maintenant accessibles sur Facebook, sur Youtube et dans notre bibliothèque en ligne. La vidéo est le média le plus intéressant pour nous en ce moment. Cela nous permet de dépasser certaines limites du langage verbal national.

Qui sont vos amis ? Qui sont vos ennemis ?

Nous n’aimons pas les dichotomies, et nous sommes ouverts à n’importe quelle information, peu importe que l’on soit d’accord ou pas avec l’auteur. Toute idéologie ou éthique peut être emprisonnant pour l’esprit. Lorsque nous disons “se battre contre l’esprit conservateur”, nous ne visons personne ni un camp mais plutôt un code culturel ancré en nous-mêmes et donc dans la société. Il n’y a pas de “bons” ni de “méchants” – juste une réalité faite de sexe et de mort. Et même le sexe et la mort ne sont pas en opposition mais font partie de la même chose – le spectre de la vie.

Est ce que vous rejetez tout à propos de la religion et/ou la spiritualité ?

Non, puisque la conscience que nous utilisons pour créer un dieu est la même que celle inspirant l’art. Cela dit, nous considérons que la religion est une idéologie répressive des énergies sexuelles, qui infantilise les gens, les rend stupides et faibles. Les églises sont des incubateurs d’esclaves et de soldats. Nous ne sommes pas simplement des militants athéistes. Nous nous battons contre la religion comme nous nous battons contre l’autoritarisme.

tumblr_n5qdthPKSa1tnrn2do1_1280

Vous parlez de transformation cognitive, mais une transformation vers quoi ? Cela veut-il dire que l’homme moderne a besoin d’être “transformé” constamment, ou dirigeons-nous vers une forme précise du post humain?

L’évolution est une constante transformation sans aucun point final. Soit vous mutez tout le temps pour vous adapter au monde qui vous entoure, soit vous mourrez, donnant ainsi l’espace pour ceux prêts à la métamorphose. Evolution ou entropie – pour nous cela est un choix simple. Et nous ne considérons pas l’homme moderne comme véritablement “moderne”. La majorité de la population humaine est sévèrement conservatrice et sous-développée. Nous avons beaucoup de changement à venir.

Plus d'articles