Président de la Veme République depuis à peine un an, François Hollande pulvérise les records d’impopularité. Les éditorialistes parisiens en sont convaincus : « Le roi est nu ». Alors, François Hollande peut-il rebondir ?

Là, cher lecteur, vous vous dites certainement, en bon tryangulistes, la chose suivante : « Mais le Tryangle n’est-il pas là pour nous apporter la lumière sur des questions qu’on ne se pose pas, et que personne ne se pose ?« . Et vous aurez raison. Cependant, le Tryangle se pose la question de la seule manière qui importe réellement : François Hollande peut-il réellement rebondir ?

Tester la rebondissance présidentielle

Fatjump

En premier lieu, il importe de tester la capacité du président à rebondir en le jetant par une fenêtre. Attention, le saut doit se faire d’une dizaine d’étages pour permettre le rebond. De plus, pour galvaniser Monsieur le Président, il est important de donner un aspect cérémoniel à la chose. Nous proposons d’appeler ce moment : le lancer d’énarque.

Selon toute probabilité, le président ne rebondira pas : il est bien trop maigre.

La question du poids

francoishollandenu

François Hollande a eu l’excellente idée de maigrir pendant les élections. Malheureusement, pour rester en poste, la personne présidentielle doit peser de plus en plus dans le débat, et sur sa chaise. Que ce soit Charles de Gaulles, François Mitterand ou Jacques Chirac, tous les présidents ont su se doter d’une bedaine présidentielle à coup d’ortolans ou de coronas. Pour rebondir, François Hollande doit donc retrouver le poids qu’il a perdu.

Pour ce faire, il doit se poser une question : où l’a-t-il laissé la dernière fois qu’il l’a vu ?

Nos recommandations

Balloon_Man

Urgent ! François Hollande doit reprendre du poids pour faire face aux menaces qui pèsent sur son quinquennat. Peu importante la pauvreté et le chômage, les frais de bouche présidentiels doivent être augmentés dès que possible pour permettre au président de devenir parfaitement sphérique d’ici deux ou trois mois. A noter que cette sphérisation du pouvoir permettra aussi de faire du président une arme de guerre, utile en cas de conflit avec la Corée du Nord.

Plus d'articles