Attention, cet article du Tryangle contient des notes de bas de pages parce que fuck off.

La réponse est simple : ce nouveau-né étant de toute évidence aussi reptilien que le reste de la famille des Windsor, il a mis tout simplement un certain temps, non pas à venir au monde, mais à pouvoir être montré au monde entier, devant les médias (près de 150 journalistes) massés devant l’Hôpital Sainte Mary de Londres.

En effet, comme nul lecteur du Tryangle n’est censé l’ignorer, le bébé royal est, comme ses parents, ses grands-parents et arrière-grands-parents, un reptoïde changeur de forme.

Une lignée de reptiliens bien connue de nos lecteurs

Reptilian Queen

Bref retour sur une lignée qu’il est important de connaître pour comprendre parfaitement la véritable raison des onze heures qu’a duré officiellement l’accouchement princier.

Les lecteurs de David Icke et du Tryangle le savent bien : la famille royale d’Angleterre est une très ancienne lignée de Reptiliens – ou plutôt de reptoïdes changeurs de formes. Selon le brillant essayiste en anorak mauve, Icke, dont les théories fort raisonnables et fort cartésiennes sont mondialement connues, Elisabeth II n’est pas humaine mais bien une Humanoïde Reptilienne. Il est de notoriété publique qu’elle serait ce que M. Icke appelle une « changeuse de forme » (shapeshifter). Il existe des témoignages, provenant de sources parfaitement crédibles, qui rapportent que, lors de soirées officielles, il n’est pas rare de surprendre Elisabeth II se laissant aller à dévorer un ou deux domestiques. La reine laisse libre cours à cette passion bien pardonnable, surtout quand elle est en présence de ses bons amis du groupe Bilderberg [1].

Voici la page la plus descriptive de Le Plus Grand Secret, le plus célèbre livre de David Icke :

reptiles13_07

M. Icke et ses thuriféraires soutiennent, preuves à l’appui, que des lignées d’hybrides Reptiles humanoïdes pouvant adopter l’une et l’autre forme, issus de fameux extraterrestres reptiliens (dont l’origine serait l’ancienne Babylone), gouverneraient le monde dans le plus grand secret. Toutefois, ces Maîtres du Monde auraient la mansuétude de laisser d’éminents et courageux chercheurs faire circuler des révélations sur ce complot mondial, via des réseaux sociaux, des blogs de référence ou tout simplement sur Youtube [2]. Pour en revenir au sujet qui nous occupe, la lignée de sang royale des Windsor permettrait, toujours selon M. Icke et ses épigones, la conservation des gènes reptiliens. Une problématique qui ne date pas d’hier, et que la naissance du Royal Baby vient fort opportunément de résoudre pour un bon bout de temps.

Du bon choix d’un prénom

reptile-baby

« Dans l’antique Sumer la lignée reptilienne [était] véhiculée par les femmes » précise M. Icke. En outre, et cette précision ne manque pas de piquant, cette lignée « était symbolisée par un lys. Voilà pourquoi les principales porteuses de gènes reptiliens se sont fait attribuer des noms tel Lilith, Lili, Lilutu, et Lilette. Il existait aussi la variante Lilibet ou Elisabeth, et c’est la raison pour laquelle l’actuelle reine d’Angleterre est nommée Elisabeth (El-lizard-birth / El-lézard-naissance), et que sa famille proche l’appelait Lilibet. »

C’est également la raison pour laquelle le choix du prénom du Royal Baby aura été si difficile. Il fallait un prénom qui soit dans la filiation de cette prestigieuse succession de prénoms. C’est donc tout naturellement que le prénom George a été choisi par la famille royale. L’ascendance reptilienne du dernier rejeton des Windsor est assurée par cet auguste prénom, qui a été porté, on s’en souvient, par les meilleurs rois que la Grande Bretagne a connus. Le choix de ce prénom tendrait même à prouver la pureté de l’ascendance du nouveau-né.

M. Icke précise ainsi sans rire qu’Elisabeth II « est une importante porteuse de gènes reptiliens qui a engendré un important reptilien pur-sang nommé le prince Charles. Ces deux-là sont des reptiliens habilités à changer d’apparence en se cachant derrière une forme humaine, un fait dont je vous montrerai l’évidence un peu plus tard [3]. Il en est de même pour la reine-mère, autrefois Elisabeth (El-Lizard-Birth) Bowes-Lyon [4]. »

La vraie durée de l’accouchement de la Duchesse de Cambridge

Il est donc acquis que, jusqu’à la planète Nibiru [5], le monde entier n’ignore pas que Kate Middleton a donné naissance à un enfant royal. Certains conspirationistes (des fous !) prétendent que le bébé n’a pas été incubé DANS Kate Middleton (voir vidéo ci-dessus) mais ce sont très sensiblement des paranoïaques. Au contraire, ce que peu de gens savent, en revanche – exceptés les lecteurs du Tryangle et les pamphlétaires cités précédemment – c’est que le nouveau-né est tout aussi hybride que ses chers ancêtres.

Certains commentateurs assurent avoir même la preuve que c’est la Reine Elisabeth II elle-même qui continue à pondre les œufs royaux de la lignée Illuminato-reptilienne des Windsor, et que la grossesse de la Duchesse de Cambridge n’aurait été qu’un subterfuge, destiné à maintenir le monde dans la fiction d’une famille royale authentiquement humaine.

Que l’on adopte l’une ou l’autre de ces théories, le fait est que la Duchesse de Cambridge n’est pas une parturiente ordinaire. L’accouchement aurait duré onze heures. Il n’en est rien, bien entendu.

Sitôt la rupture des membranes princières constatée, tout est allé très vite. L’accouchement a été très rapide. Mais le bébé reptoïde, à peine né, n’était pas en mesure d’être présenté à la foule des Londoniens et aux 150 journalistes présents devant l’hôpital Sainte Mary. Il était évidemment hors de question de le présenter, tel quel, à la foule en délire – qui n’aurait évidemment pas compris pourquoi, au lieu d’un bambin tout rose, c’est un bébé, encore officiellement sans prénom, à écailles et aux yeux rouges qui serait apparu aux bras du Prince William.

The+Royal+Baby+is+so+cute_276f2c_4700786

Il est de notoriété publique que les jeunes reptoïdes ne maîtrisent pas, à la naissance, les premières notions de changement de forme. Et quand ils les maîtrisent, ils ne sont pas en mesure de conserver longtemps la même forme, notamment humaine pour donner le change.

La durée officielle des contractions et de l’accouchement a été en réalité consacrée aux premiers apprentissages du Royal Baby. Celui-ci, aidé de son père et de la Reine Elisabeth (qui agissait par télépathie, qui est un don héréditaire de la Couronne, comme chacun sait), a donc dû apprendre les rudiments du changement de forme, avant de pouvoir être présenté à ses sujets.

Une fois cet enseignement a minima acquis, le Prince William a pu sortir avec la Duchesse, présenter le bébé encore de forme humaine instable, et filer en vitesse dans une demeure royale secrète, afin de continuer l’éducation de ce nouveau prince reptoïde. Il n’était que temps, en effet, de fuir les caméras : à peine arrivé dans la mystérieuse résidence où la mère et l’enfant devaient se reposer, le délicieux bambin n’a fait qu’une bouchée du chauffeur du Prince William. Un Royal Baby digne de son arrière-grand-mère.


[1] Un club très secret, célèbre dans le monde entier pour diriger le monde, probablement pour le compte des non moins fameux Illuminati, des Reptiliens, voire pour le compte des deux.

[2] Une des sources d’informations les plus fiables de la planète, selon un récent sondage IPNOS-Laberration, datant du 1er avril 2013.

[3] C’est une stratégie courageuse bien connue de ceux que la presse aux ordres appellent (pour les dénigrer) les « théoriciens du complot » : remettre sans cesse au lendemain la production de certaines preuves « brûlantes ». Ils distillent ainsi avec parcimonie leurs preuves pour ne pas s’attirer d’ennuis, car il est évident que la NSA, l’ancien KGB, et bien d’autres services secrets à la solde des Illuminato-Reptiliens (et même peut-être des Gris), surveillent leurs moindres écrits. Les mauvaises traductions des brûlots de ces mêmes théoriciens procèdent de la même prudente stratégie : en feignant d’embaucher des traducteurs maladroits, parfois à la limite du mot-à-mot, du barbarisme ou du contresens, les hardis éditeurs de ces intrépides essayistes peuvent ainsi rendre publiques leurs révélations, tout en passant pour de piètres professionnels du livre.

[4] Toutes les citations de David Icke sont extraites de son vigoureux pamphlet, Le plus Grand secret, et particulièrement de l’audacieuse page 236 de ce livre.

[5] Planète d’origine des Reptiliens, faut-il le rappeler.

Plus d'articles