Contrairement à ce que pourront penser les plus vils de nos lecteurs, cet article ne porte pas sur le pénis mais sur… les files d’attente. Cela les décevra d’autant moins que, les études le prouvent : il y a de 30 à 70% de queues (pénis) dans une file d’attente (Etude réalisé à la sortie de l’Apple Store Opéra – on ajoutera : petites).

La seule vraie question que posent les queues, c’est celle de leurs origines : à quel moment, pour quelles raisons et à cause de qui la première file d’attente est-il apparu ? Bref, qui a inventé la queue ?

Les mathématiciens

Le mathématicien est une créature étrange. Brillant, probablement détenteur des secrets de l’univers, réduisant vos tentative de penser à un vil pet bucal, le mathématicien ressemble pourtant à votre cousin Grégor, l’inventeur richissime d’une technique de masturbation inspirée du tableau périodique des éléments. La solitude qu’il ressent au quotidien lui rend particulièrement savoureuse l’idée que ses congénères bien dans leur peau soient, en fait, intégralement mathématisable comme de vulgaires algorithmes.

Pour cette raison, il a inventé la queue, ainsi que la très fameuse, théorie des queues.

49c6af03df9735fce46462bc1de62cd4

La théorie des files d’attente est une théorie mathématique du domaine des probabilités. Elle consiste en l’étude de la gestion optimale des files d’attente, ou queues. De nombreux mathématiciens ont ainsi conçu des algorithme pour modéliser les queues, par exemple, la loi de Little ( comme par hasard ) :

Capture d’écran 2013-05-01 à 21.33.14 On pourrait aussi parler de la notation de Kendall qui intègre bien plus d’éléments, comme la discipline de service (mode de traitement de la queue) et la population potentielle totale de la queue en formation.

Comme nous le rappelle très justement Richard Larson, docteur au MIT que certains ont surnommé le Dr Queue, l’étude des files d’attente est né au Danemark :

Tout a commencé au Danemark, entre 1909 et 1915, avec le développement du téléphone. La compagnie de Copenhague souhaitait à l’époque mettre en place une plateforme permettant aux utilisateurs d’être mis en relation par l’intermédiaire d’opérateurs, mais ne savait pas quelle taille devait avoir une telle structure, ni combien d’appels elle aurait à gérer. Si le centre était trop gros, l’entreprise risquait la banqueroute. Si elle voyait trop petit, les utilisateurs, faute d’être connectés, auraient manifesté leur mécontentement. La compagnie a donc demandé à l’un de ses ingénieurs, Agner Krarup Erlang, de travailler à une conceptualisation mathématique des files d’attente.

La création des queues seraient ainsi une gigantesque expérience mathématique ayant mal tournée, la queue étant devenue un phénomène incontrôlable. En effet, depuis sa création, la queue est devenu un système d’oppression, que dis-je, un véritable complot des élites.

Ceux qui ne la font pas

973dbb901c275d52602d5d9a76367631

Outil pour « couper la queue des chevaux » actuellement en vente sur eBay.

Ne soyons pas paranoïaques, mais méfions-nous tout de même. Par exemple, que pensez du choix du mot « queue », utilisé à la fois pour désigner les files d’attentes et le sexe masculin dans un des grands pays du monde : la France ?

Ainsi, si une histoire des files d’attentes devaient un jour être faite par un historien tryanguliste, celle-ci ne pourrait guère être complète sans une histoire des passes-droit. Car au moment de s’interroger sur le découvreur de la queue, il faut s’interroger : l’inventeur de la file d’attente est-il aussi l’initiateur des billets coupe-file ?

Le Tryangle ne passera pas par quatre chemins : l’Eglise catholique a été non seulement l’inventeur de la queue mais une source innovante de billets coupe-file. Dès le départ, le catholicisme a cherché à se démarquer en accordant une place importante au Paradis et à son caractère méritoire. Ainsi, ce sont par leurs actes que les fidèles pourront entrer au Paradis. Ou non…

80bdd1a842b976c2bb1d7a29b7ec1d8f

Pour établir un équivalent avec notre époque, c’est un peu un iPhone dernière génération qui serait accordé au mérite. Inutile de le préciser : cela déplaisait fort aux plus riches, et faisait de l’Eglise un trouble-fête en mal de pouvoir. C’est ainsi que celle-ci inventa la queue, et un nouveau lieu pour celui-ci, le Purgatoire (entre 1170 et 1180 selon l’historien Jacques Le Goff).

Toutefois, vous pouviez réduire votre temps d’attente grâce aux célèbres indulgences (partielles en l’occurrence) qui accordent un pardon des pêchés et un réduction du temps de purgation :

Selon la doctrine catholique, le péché est effacé par le sacrement du pardon (confession). Mais ce sacrement n’enlève pas la peine temporelle due au péché, qui se traduit généralement par un temps de purgatoire si elle n’est pas d’abord purgée sur terre par des actes de foi et de charité (actes de réparation). Cette peine temporelle peut être atténuée voire effacée par l’indulgence. L’indulgence est dite partielle ou plénière, selon qu’elle libère partiellement ou totalement de la peine temporelle due pour le péché.

Et oui, cela permit aux plus riches de réduire leur temps de purgatoire à quelques minutes : on raconte qu’un riche vermicelier parvint à obtenir de n’y passer qu’un millième de seconde pour le prix de 500 kilos de vermicelles et de deux sacs de boudins noir.

Ceux qui veulent devenir ZEN

spa stones with frangipani

Pour clore cette réflexion, le Tryangle se fendra d’une théorie philosophique et sociale découlant tout naturellement du point précédent : et si les files d’attentes étaient la façon dont un être suprême, que nous appellerons Georges, a décidé de nous inculquer le sens de la vie ?

La queue tient une place importante dans nos vie. Il ne vous a pas échappé combien, dans l’hyperactivité de nos sociétés, la queue était devenue un moment à la fois insupportable et inévitable qui place l’homme face à sa condition d’être physique et toujours en attente. Mais en attente de quoi, me direz-vous ? Vers qui cet homme hystérique tend-il son destin ?

La caissière, pardi ! C’est elle qui fait les comptes à la fin de la queue. Ainsi, le Tryangle l’affirme, la file d’attente pour payer au Supermarché est une façon pour l’être suprême de faire vivre à l’être humain une expérience sans cesse répétée du Jugement Dernier.

C’est ainsi que la grande attente, l’attente eschatologique de l’homme face au retour de Dieu, face à la mort, se matérialise :

– Ca vous fera 10 euros 95, vous réglez par carte ?

Une métaphore cachée qui s’applique à toute les queues. Car il faut choisir sa file, lutter avec d’autres êtres qui, jouant des coudes, veulent notre place. Sans oublier la négociation avec notre instinct éthique : dois-je ou ne dois-je pas laisser passer devant moi cette vieille dame qui boite et qui tient à peine debout ? N’est-il pas temps de soulager sa peine ?

Saviez-vous que l’entraînement de certains moines Shaolin passe par plusieurs épreuves, notamment à la Sécurité Sociale ou ceux-ci doivent, sans hausser le ton, obtenir le mythique formulaire Cerfa B647d ?

Plus d'articles