Derrière le rideau des soirées « scène ouverte » de la Scientologie

Streetpress a obtenu le droit d’aller à l’Open Mic du Celebrity Center, le siège de la Scientologie en France. Le résultat ? Un excellent reportage à mettre au crédit de Robin D’Angelo et Thibaud Delavigne.

« On croit qu’il n’y a pas d’Arabes en Corse. Mais si, il y en a ! Ce sont ceux qui n’ont pas réussi à nager jusqu’à Marseille ! » balance Looping, comédien de stand-up de 31 ans à la carrure de rugbyman. Belle gueule et chemise à carreaux façon bûcheron, le comique d’Ajaccio enchaîne les punchlines sur sa double culture corso-magrébine dans un one-man-show d’une dizaine de minutes. On pourrait se croire au Jamel Comedy Club mais vous êtes au Celebrity Center, le siège de la Scientologie en France. Tous les mardis de 19h30 à 22h30, « l’Eglise » y organise une soirée open mic dans une petite salle aménagée en théâtre.

Venir faire un reportage à « l’Eglise de Scientologie » requiert de la patience. Pour obtenir le droit d’assister aux scènes ouvertes en tant que journaliste, StreetPress a dû faire bonne figure lors d’un entretien préalable avec Eric Roux, son principal représentant en France. Puis il a fallu laisser passer deux mois avant que le rendez-vous ne soit encore repoussé, le temps qu’un cadre scientologue se libère pour nous chaperonner pendant le reportage.

Pendant ses open-mics, la Scientologie passe en mode portes ouvertes. Mais pour les journalistes, leur opération de com’ est presque aussi verrouillée qu’un road trip en Corée du Nord. Eric Roux, porte-parole et ministre du mouvement, s’en justifie :

« Comprenez qu’avec tous les mensonges que les journalistes écrivent à notre sujet nous soyons dans l’obligation de faire attention. »

Lire la suite : Derrière le rideau des soirées « scène ouverte » de la Scientologie | StreetPress.

Photo de couv : crédit Robin D’Angelo.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*